Publié le 06.05.2019

TRÈS BEAU TOP 10 POUR JUSTINE METTRAUX SUR LA SOLO MAÎTRE COQ

  • La Solo Maître Coq a rendu son verdict samedi en début d’après-midi après les 340mn de l’étape phare de la compétition qui a emmené les skippers du côté de l’île de Ré, de Belle île et du plateau de Rochebonne. Sur cette première étape au large en solitaire sur les nouveaux Figaro 3, Justine Mettraux, à bord de TeamWork, a terminé à une magnifique 6ème place. Au classement général de la Solo Maître Coq, Justine accroche le top 10 (9ème). De bon augure avant la Solitaire Urgo le Figaro.

    Comment s’est déroulée cette étape ?

    Justine Mettraux : « J’ai pris un départ correct, je fais un bon bord de dégagement, ça me permet de passer bien au vent et d’être dans le coup pour le 1er portant. J’ai perdu un peu après le passage sous l’île de Ré à cause d’une petite collision avec Corentin Douguet qui est venu taper son foil dans mon safran, ça m’a un peu perturbée à ce moment-là. Au cours de la 1ère nuit, je dois repasser du solent au génois, et je perds encore pas mal sur la manœuvre. Mais j’ai réussi à bien remonter sur toute la suite de la course, donc c’était cool.

    J’ai réussi à me reposer correctement quand je pouvais. Les seuls moments où je pouvais dormir c’était sur les bords de portant, en allant à Rochebonne et à Houlographe. J’ai dû dormir 2h en cumulé, c’est pas mal. 

    Il y a eu du jeu tout le long, des petits coups à faire, des rebondissements jusqu’à la fin, dans le bon sens pour moi. J’ai dû faire pas mal de manœuvres, c’était bien intense, mais c’était chouette.»

     

    Comment s’est passé la prise en main du Figaro 3 sur cette 1ère étape au large en solitaire ?

    JM : « On est tous en phase d’apprentissage avec les bateaux, donc tu ne sais pas combien de temps les manœuvres ou les changements de voile vont te prendre. Il y a des choses qui sont assez dures sur le bateau, donc j’essaye de bien anticiper tous les changements, parfois en prenant un peu de marge mais pour être sûr que ça se passe bien et ça s’est bien passé, donc c’était top. Les manœuvres ne sont pas forcément simples, pour affaler les voiles ou envoyer les spis dans un peu de vent, il faut faire attention car sinon tu peux très vite tout laisser dans l’eau.»

     

    Tu as pu valider certaines choses en vue de la Solitaire ?

    JM : « Cette étape m’a permis de voir plein de choses et de prendre de l’assurance sur le bateau. Dans plus de vent, je pense que le bateau est bien sport et que c’est un niveau encore au-dessus, mais ça on n’a pas encore testé tout seul. La vitesse, la plupart du temps ça va. Les manœuvres, il faut peut-être anticiper un peu plus que les hommes, comme en Figaro 2. Il y a des gars qui sont meilleurs que moi en manœuvre ou plus efficaces, mais en faisant les choses ‘safe’, tu perds un tout petit peu, mais tu ne prends pas de risque et ce n’est pas là-dessus que la course se joue. Donc c’est vraiment positif pour la suite.»

     

    Justine va maintenant prendre quelques jours de repos avant de tester les nouvelles voiles pour la Solitaire et finaliser la préparation avant de partir pour Nantes qui accueillera les figaristes avant le départ de la 50ème édition de la Solitaire Urgo Le Figaro.

     

    Classement de Justine sur les différentes étapes de la compétition :

    Course n°1 : 4ème (coef 1,5)
    Course n°2 : 38ème (coef 1,5)
    Grand course : 6ème (coef 4)

    source : http://www.teamworkvoileetmontagne.com/cat/voile/

Dernières actualités de la Société Nautique de Genève

Top