Publié le 08.05.2016

Victoire de Ladycat powered by Spindrift Racing en D35

  • D35-2016 2

    Malgré le manque de vent du week-end, les Décisions 35 ont pu disputer cinq régates lors du Grand prix Emil Frey Genève Acacias, première rencontre de la saison. Quatre courses d’entraînement ont également eu lieu, en guise d’entrée en matière.

    Les équipages se sont d’abord retrouvés jeudi après-midi, pour se mesurer à blanc avant le début officiel des joutes. Le Séchard de 7-8 noeuds a permis de lancer quelques départs ainsi que quatre régates d’entraînement. Chacun s’est rapidement aperçu que le niveau restait très élevé, malgré la pause hivernale. Tous les régatiers avaient le couteau entre les dents dès les premiers bords. Cet engouement a d’ailleurs généré quelques accrochages, dont une collision entre Mobimo et Swisscom, impliquant également Realteam. Swisscom a été contraint à abandonner sa journée pour pouvoir réparer le bateau à temps. Realteam a pour sa part poursuivi les deux premières courses, avant de rentrer au port, également pour procéder à une réparation sur une des échelles.

    Ladycat powered by Spindrift racing s’est illustré lors de cette première journée, en remportant trois des quatre courses. Xavier Revil, barreur pour l’occasion, a toutefois préféré ne pas tirer de conclusion de ce succès. “Nous avons pris des bons départ, et pu choisir le bon côté du plan d’eau” a-t-il expliqué. “Mais je me garderais de dire que ce résultat est prometteur.” Julien Monnier, skipper de Swisscom était pour sa part déçu de ne pas avoir pu aller jauger le niveau de ses adversaires, avant de débuter les régates. L’équipe a dû passer une bonne partie de la nuit à réparer la coque bâbord pour être d’attaque le lendemain.

    Du Séchard pour commencer
    Vendredi, les bateaux ont gagné le plan d’eau à la mi-journée, alors que le Séchard se posait doucement. Pascal Monet, directeur du comité de course a pu lancer quatre manches les une après les autres, dans des airs d’environ 8 noeuds, et sur un parcours assez homogène. Après une rapide réorientation, une cinquième régate a encore pu être disputée avant que les airs ne disparaissent complètement. Ladycat powered by Spindrift racing a poursuivi sur sa lancée, et remporté trois des cinq courses. Swisscom, malgré ses déboires de la veille, a quant à lui marqué sans relâche le leader pour se positionner deuxième en fin de journée. Okalys, qui a mal commencé, avec une dixième place, n’a quant à lui cessé de revenir, pour remporter la dernière régate de la journée et terminer troisième au classement général.

    Xavier Revil, barreur sur le bateau vainqueur s’est évidemment réjoui de ce résultat. “Nous avons bien fonctionné le jeudi, et pris nos marque dans ce petit Séchard” a-t-il confié. Et de poursuivre : “Du coup, nous avons gardé nos réglages pour le vendredi, et avons pu rééditer ce que nous avons fait la veille. Nous avons fait preuve d’une belle régularité, ce qui est de bonne augure pour la suite. Nous ne sommes plus que deux de l’ancienne équipe, moi-même depuis 2009, et Jacques Guichard qui a fait le design des voiles. L’équipe a parfaitement réussi sa préparation, et c’est le travail de tous qui nous a permis de l’emporter.”

    Julien Monnier, qui participait à son premier Grand prix comme skipper est également très content de se placer sur le podium. “La collision de jeudi ne nous a pas permis de nous entraîner, mais je crois que ça nous a donné encore plus d’énergie pour régater. L’équipe technique a fait un travail remarquable, et travaillé toute la nuit pour nous livrer un bateau prêt à naviguer vendredi matin. On leur doit une fière chandelle. Cette épreuve était une première expérience avec notre barreur Mathieu Souben, et le résultat démontre que nous pouvons bien fonctionner ensemble.”

    Finalement, Nicolas Grange qui monte sur la troisième marche du podium se félicite de son résultat: “Nous avons raté notre premier départ” explique-t-il. “Du coup nous n’avons pas pu revenir et avons mal terminé. Ensuite, nous nous sommes dit qu’il fallait prendre chaque manche les unes après les autres, et nous avons amélioré notre résultat au fil des régates, pour gagner la dernière. Quand on prend des bons départs et qu’on va vite, on a une bonne partie des éléments qui permettent de bien terminer.”

    Samedi et dimanche, les conditions n’ont pas permis de régater, et c’est donc le classement du vendredi soir qui s’applique pour clôturer ce Grand prix BMW Emil Frey Genève Acacias.

    La prochaine rencontre du D35 Trophy aura lieu à Versoix du 20 au 22 mai. Les dix équipages seront présents pour cet Open, avant d’attaquer les classiques lémaniques.

    Les photos du Weekend :

    cliquez ici


     

Dernières actualités de la Société Nautique de Genève

Top